Quoi de neuf ?

TEST DARBEE DVP5000: La solution miracle made in DARBLET ?

titre darbeeVous avez surement entendu parler de ce petit boitier soit disant magique. En tout cas il fait parler de lui dans le petit monde du Home-cinéma. Il y a les sceptiques qui prétendent qu’il n’y a pas de miracle, car à ce prix-là, rappelons-le 249349€, on ne peut avoir une telle technologie.

Pour ma part je me suis dit 3 choses :

  1. Son prix de 249 € est une somme certes, mais  c’est un risque modéré, et si ce boitier est vraiment miraculeux, c’est bête de passer à côté.
  2. Si Lumagen a racheté le procédé, ce n’est pas pour rien. C’est parce que ça marche et que ça risquait de faire de l’ombre à leur offre bien plus couteuse. Vous noterez d’ailleurs qu’ils n’ont pas trainé pour intégrer cette technologie dans leurs bécanes, qui sont désormais estampillées « Darbee Inside », pour moi c’est le gage d’une certaine qualité de traitement.
  3. Pour les raisons invoquées en 1 et 2, on risque de ne plus trouver ce boitier dans pas très longtemps … Et le ticket d’entrée pour un produit Lumagen (certes plus complet et plus luxueux qu’un Darbee, il faut le préciser),  vous multipliez la mise par 10, et donc c’est inaccessible pour la majorité d’entre nous, à méditer.

Ceci étant dit passons au test.

 

Protocole d’essai :

Matériel : Ampli et Blu-ray DENON AVR3312 + 3800BD, vidéoprojecteur Panasonic PT-AE4000.

Soft :

  • Bluray :  Iron man, Underworld, Moulin rouge.
  • DVD: Bad company, Tango & cash, Best of the best
  • Jeu : Uncharted 2.

En guise d’introduction, sachez que j’ai neutralisé tout traitement vidéo du 3800BD et du PT-AE4000 pour laisser la voie libre au Darbee, et pour éviter qu’une éventuelle combinaison de traitements soit préjudiciable au résultat final.

C’est maintenant le moment de voir si vous avez été attentifs lors du visionnage de la vidéo :

Quand je vous ai présenté la télécommande je vous ai dit que la deuxième ligne de boutons correspondait aux différents modes : Combien de boutons y avait-il ? 4, c’est bien vous suivez.

Et à la fin de la vidéo je vous ai énuméré les différents modes, combien en ai-je cités ?  Eh oui seulement 3, mais pourquoi donc ?

En fait le quatrième mode est une mode dit démo, qui est bien pratique pour nous les testeurs puisqu’il permet, au choix, d’avoir l’écran divisé en deux avec un coté sans Darbee, un coté avec, ou alors la même chose avec cette fois ci une ligne qui traverse l’écran dans un sens puis dans l’autre. Si vous ajoutez que vous pouvez désactiver le Darbee et le réactiver à tout moment, vous pourrez faire à peu près tous les comparatifs que vous voulez.

Sachez que par défaut ce Darbee est vrai sapin de Noël, le 25 décembre : Il y a 3 LED allumées, et fortement, dont une qui clignote, de quoi vous détourner de votre écran. Heureusement on peut corriger cela dans le set up.

Il y a également un set up avancé dans lequel j’ai préféré ne pas m’aventurer plus avant.

Si je devais résumer : sur les films, je dirais que le mode HIDEF est le plus subtil et donc celui que l’on peut pousser le plus haut (90), et le mode FULLPOP le plus marqué mais au-delà de 60/70 son effet dénaturalise quelque peu les images. J’ai réservé le mode gaming au jeu, j’y reviendrai en fin de test.

En SD

Commençons le test avec du bon vieux pain rassis, en l’occurrence le DVD de Tango & cash, une édition de 1999, qui, sur une image de 2.20 m de diagonale fait bien mal aux yeux !

Soyons clairs, sur ce type de support pas de miracle possible pour le Darbee.

En effet, le traitement est invisible si on ne pousse pas trop sur la jauge, mais si on le fait, il est assez vite grossier.

On poursuit dans la même catégorie avec Best of the best qui est du même acabit pour un verdict strictement identique.

Certes ce type de support n’est pas la cible du Darbee, mais pour moi, il convient alors soit de le désactiver, soit si pour du Blu-ray, votre préférence va pour une utilisation modérée, alors vous pouvez le laisser actif mais vous n’aurez pas de gain.

Si on passe sur un DVD plus propre, en l’occurrence j’ai sélectionné Bad company, certes c’est moins la cata, mais malgré tout le manque de définition pénalise le résultat final, et on en vient presque à préférer l’image d’origine.

Vous en conviendrez, la première partie de ce test n’est pas très concluante, soyons francs.

En HDdarblet003

Mais passons maintenant à ce qui est la raison d’être de ce processeur : le Blu-ray, et là, ce n’est pas la même chanson du tout :

En effet, l’image d’une résolution cinq fois supérieure, rappelons-le, possède une base bien meilleure, et le Darbee peut alors appliquer son traitement d’une manière beaucoup plus pertinente.

Sur « Underworld », dès 60 en mode HIDEF vous constatez des visages mieux texturés plus fouillés, dans les détails comme les rides, par exemple, sur les joues et le front. Soyez attentifs aux micro-contrastes appliqués au niveau des oreilles également.

Vous bénéficierez des même détails sur des visages numériques (Hulk).

Retour à « Underworld », regardez les gouttes de pluie qui ruissèlent sur les manteaux (ce n’est pas ce qui manque dans le film!), comment elles ont l’air plus … mouillées, je sais pas trop comment vous l’exprimer.

Sur « Tron », à condition de pousser un peu le traitement à 90 (toujours en HIDEF, pour moi le meilleur des deux modes), vous constatez beaucoup de détails dans les chevelures, et sur « Le dernier samourai », vous pourrez admirer les brins d’herbe comme jamais.

Sur Moulin rouge, la première apparition du visage de Satine (Nicole Kidman) n’a jamais été aussi détaillée, le travail sur les couleurs est plus subtil, je pense que ce point spécifique peut être amélioré via le set up avancé, à voir.

Sur Iron man, la base est tellement bonne qu’on est tenté de pousser le Darbee dans ses retranchements, ne commettez pas cette erreur, le mieux est l’ennemi du bien : Au-delà de 100 que ce soit en FULLPOP ou HIDEF, l’artificiel prend le pas sur le naturel.

Un petit mot enfin sur le mode Gaming que j’ai testé sur Uncharted, les effets sont au diapason de ceux constatés sur les films à condition de pousser un peu le cran (80/90).

En conclusion, ce Darbee donne le meilleur de lui-même sur du bon voire très bon support – HD obligatoire selon  moi, et sur une diagonale d’écran conséquente (inférieur à 46 pouces, passez votre chemin).

A cette condition, vous aurez effectivement droit à une image plus fouillée plus détaillée, les micro-contrastes vous feront apparaitre des détails jusqu’alors invisibles.

Donc pour moi ce produit est une opportunité unique, sans équivalence, qui va vous permettre d’acquérir un processeur vidéo dédié très simple d’utilisation, et très bon marché. A considérer absolument.

Ce que j’ai aimé

Ce que j’aurais aimé

  • Le prix
  • La qualité du traitement sur de la HD
  • La facilité d’utilisation 
  • Une qualité de fabrication un poil meilleure
  • Un bundle un peu plus complet (un cable HDMI +   relais IR)
  • Un meilleur traitement sur les sources SD

 

Note finale:  15/20

 

The following two tabs change content below.
Guillaume

Le home-cinéma, des sensations, des émotions, une passion.

1 Commenter to TEST DARBEE DVP5000: La solution miracle made in DARBLET ?

  1. Hélas le prix à terriblement changé, nous sommes passé à 349€.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*