Quoi de neuf ?

Test – Philips BDP 9600 Platine Blur-ray HDG

  • Présentation

La Philips BDP9600  est une platine résolument Haut de Gamme. Tout les ingrédients sont là, la puce video du moment (QDEO), une alimentation toroïdale séparée, des sorties 7.1 analogique de qualité. Tout cela dans un chassis typé HIFI de 3 mm d’épaisseur. Mais est ce que la mayonnaise a pris ? Nous allons essayer d’y répondre.

Avec son châssis épais, elle en impose
Version du firmware 1.53 upgrade en 1.56
Livré avec télécommande, notice papier, CD, housse de transport.
Prix public: 599€        Prix le plus bas constaté: 430€
  • Connectivité 2.5/3

Carton plein, tout y est. La deuxième sortie HDMI est avantageusement remplacée par une sortie 7.1
1 HDMI 1.4 (YCbCr deep color)
1 USB (2.0)
1 port SD/SDHC

1 Ethernet (10/100)
1 Analogique 7.1 (permet de relier à un ampli non HDMI)

1 Analogique Stéréo
1 Composante YUV

1 Composite
1 Optique
1 Coaxiale
1 support WIFI B/G/N

  • Compatibilité 4.5/5

J’utilise les serveur DLNA Nero MediaHome et Tversity
Pour l’USB, c’est un disque dur IDE 2.5 formaté en NTFS qui est connecté.
(Le routeur Wifi est à moins d’un mètre et sans cloison de séparation) 

 Types de fichiers on été testé :

DIVX SD: 704×396 encodé en DIVX 5-6 ou XVID – Son mp3 2.0
DIVX HD: 1280×720 encodé en DIVX 7 – Son mp3 2.0
MKV 720p: 1280×720 H264 profile 4.1 H264 5 mbit/s – Son AC3 640 kbit/s
MKV 1080p: 1920×800 profile 4.1 H264 12 mbit/s – Son DTS ES 1.5 mbit/s
M2TS 1080p: 1920×1080 AVC 26 mbit/s – Dolby True-HD / 1920×1080 AVC 40 mbit/s – DTS-HD

La 9600 est vraiment une platine moderne et très ouverte. En USB ou DLNA, elle avale presque tout. D’ailleurs avec Nero MediaHome, la compatibilité est parfaite. MKV, MTS, M2TS. Coté pistes son,  même le DTS HD 24 bits / 96 khz est lu sans broncher.

Et la compatibilité 3D ? Bien sure les blu ray 3D relief passent sans soucis. Le codage AVC/MVC ne lui pose pas de problème. Mais vous pouvez aussi profiter d’une 3D semi Full Hd via des MKV Side by Side ou Top and Bottom.

Au final, en compatibilité on est trés proche d’un NMT, seul l’interface assez lente peut calmer les ardeurs des « collectionneurs » fous.

 

  • Interface et configuration 1/2
Les premiéres impressions sur l’interface sont bonne. La police et les icones sont grandes. Le design translucide sur fond bleu est dans la tendance. Mais rapidement la réactivité gache un peu le plaisir. En DLNA ou USB, l’exploration dans les dossier est assez lente

Réglages image (issue de la notice)

Aucune optimisation : désactivation de l’ensemble des améliorations.
Animation : idéal pour les films d’animation.
Documentaire : idéal pour la nature et les paysages.
Vidéo Internet : idéal pour les vidéos Internet.
Optimal : les meilleures performances pour la plupart des films et des séries TV.
Personnalisé : permet d’utiliser vos propres réglages personnalisés.

Les différents menus de configuration.
  • L’image 4/5

Équipée de la puce du moment et qui fait le Buzz sur la toile, la récompensée puce QDEO. Elle a fait ses premières armes sur des lecteurs à plus de 1500€ comme la Pioneer LX91, et aujourd’hui on la trouve rarement en dessous de 800€.

La QDEO gère tout:

Issu de la notice
Luminosité : permet de définir la luminosité des vidéos.
Contraste : permet de définir le contraste des vidéos.
Saturation : permet de définir la saturation des couleurs des vidéos.
Réduction des artéfacts : permet de réduire l’artéfact.
Réduction du bruit : permet de réduire le bruit dans les vidéos numériques.
ACE : permet d’adapter l’amélioration de contraste pour améliorer les détails dans les zones sombres sans modifier les détails dans les zones claires.
Netteté : permet d’améliorer le détail, la profondeur et la netteté perçue dans les vidéos.
Couleur : permet de définir la nuance de couleur des vidéos.

Sur le Terrain
Tests effectués sur un Vidéoprojecteur Full HD HC 5500 via un Ampli audio Onkyo 805. Plus d’info ici
Platine en mode optimal.
Aucun traitement entre la source et le diffuseur.
HC5500 En mode Cinéma, netteté à 0
Image de 2m40 de base.
Prise de vue à 2 mètres avec Reflex Sony NEX-5. (N’étant pas photographe les couleurs peuvent être mal restituées)

AVATAR DC

Avatar est certainement la démo la plus utilisée. Son image plein écran, colorée et contrastée flate la rétine dans les magasins ^^ . Alors peut on améliorer la perfection ? Force est de constater que oui. Le contraste est encore poussé, les noirs sont plus profond sans être bouchés. Les détails comme le grain de peau des Navis ressortent . C’est un enchantement du début à la Fin.

Redécouvrir des visages si connus

La végétation est un peu flashy mais l’effet 3D est saisissant

Moi Moche et Méchant

Sur les films d’animations même constat que pour Avatar. Les couleurs sont très saturés et le contraste est poussé. On aime ou on aime pas mais le traitement ne franchit jamais la frontière du mauvais gout.

Même constat sur les récents « Raiponce » et « Megamind » mais aussi des classics comme « Blanche neige » ou « la belle au bois dormant ».
Le Monde de Narnia: Le prince Caspien
Sur ce film tourné en 35mm puis numérisé en un Master 2k, les différents paysages trouvent une certaine clarté et authenticité dans l’éclairage. Le contraste dynamique fonctionne vraiment à merveille. Les tons chaire sont respectés alors que les arrières plans gagnent en profondeur. Par contre le bleu et le vert sont parfois « flashy« .
Les tons chaire sont respectés mais certaines couleurs tel que le bleu sont un peu poussé.

Les teintes rouges des velours sont bien rendu.

Batman The Dark Knight

Certains Blu-ray comme « The dark knight » montrent les limites de l’implémentation de la QDEO. Sur la scène d’intro au dessus de plusieurs immeubles, le sharpen trop agressifs accentue l’effet d’escalier sur les grandes diagonales. Et le réducteur de bruit génère du macroblocking. Voir photos ci-dessous.



La scène d’intro en Imax, une vraie torture pour le traitement.
                           Macroblocking en mode optimisé            Pas de soucis sur la PS3

Donc le QDEO est capable du meilleur comme du moins bon. Le sharpness est agressif trop rapidement (niveau 2 sur 10 en personnalisé) et le réducteur de bruit peu générer du macroblocking. Donc attention aux associations avec des diffuseurs très précis. Vous risqueriez de vous trouvez avec une image très numérique et trop dure. Le mariage doit par contre être idéale avec un JVC DILA.

Sur des diffuseurs Hd ready (Plasma et LCD), le gain est aussi perceptible, même en moins 46 pouces. En 50hz, la fluidité est perfectible mais dans la moyenne haute.

Et le DVD ? L’upscaling est  très efficace si encore une fois on exagère par sur le Sharpen. C’est surtout l’ ACE  qui booste l’image de nos vieux DVD. Et pour ceux qui se posent la question, Oui les Star Wars gagne un rendu trés typé HD. Seul les défauts de compression Mpeg2 nous font rappeler que nous somme en SD.

L’upscaling référence à gauche et à droite la 9600 avec un sharpen trop poussé.

  • Le son 5/5

En Analogique:
Pour moi, c’est la surprise de cette platine. Pourtant vu l’utilisation de DAC Burr-Brown, on pouvait s’attendre au meilleur en analogique. Et c’est ce qu’offre la 9600, que ce soit sur la douceur d’un ampli onkyo ou la dynamisme d’un Yamaha, même constat. La scène frontal gagne en profondeur, et la centrale est bien placée. Les univers retranscris sont crédibles et naturels. N’ayant pas l’équipement adéquat, et les Jamo D6 étant très peu musicale, je ne peux pas vraiment conclure sur ses qualités stéréo. Mais c’est bien la première fois que je ressens du plaisir voir des frissons pendant des écoutes CD sur mes enceintes typés très Cinéma. Les sorties analogiques sont entièrement configurables:

  • Disposition
  • Distance
  • Volume
  • Taille

De plus les DSP Dolby PROLOGICx et DTS Neo sont là pour donner du relief à l’image sonore.

En HDMI:
Et sur la sortie HDMI ? C’est le deuxième effet kiss-cool ^^. Si la sortie est configurée en Auto, le son est converti en PCM. Il est plus arrondi et naturel très proche de l’analogique. Très précis, les surrounds semblent boostés mais sans troubler l’écoute multicanal. Résultat on a un son très enveloppant, précis et crédible. J’ai redécouvert beaucoup de bande son de film pourtant que je connaissais bien.

  • Verdict 17/20

La Philips BDP9600 est une platine au caractére bien trempé qui marque les esprits. Là ou la tendance est à la fidelité de restitution ( Calibration ISF, THX MD), cette petite éffrontée ose imposer son talent. Souvent dans le juste , parfois à coté mais toujours dans le « more than more » contrôlé. Du grand spectacle à chaque film.


Merci à Floriane de la relation presse de Philips pour ce prêt.
-W6Bs » />
The following two tabs change content below.
Emmanuel

Créateur de CHD /
La magie du cinéma à domicile ! Il ne suffit pas de multiplier les enceintes et de se rapprocher de sa télé. C’est retranscrire avec justesse les émotions et sensations du 7em art. Voila le saint Graal tant recherché.

4 Comments to Test – Philips BDP 9600 Platine Blur-ray HDG

  1. cool enfin, elle a l’air de bien s’en sortir

  2. Trés bon test. Du coup je sais pas si je vais m’embeter a trouver une OPPO d’occaz. Pour le même prix j’aurai une philips neuve

  3. merci pour ce test accessible. L’as tu comparer en direct avec d’autre platine ?

  4. je pense que je vais laisser de coté les samsung très décevant et instable . Cette philips parait vraiment excellente. Merci pour ce test trés complet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*